Fabricant de piscines éco-design... ...depuis 41 ans !

Piscine hors-sol : en 2 temps 3 mouvements

Maison & Travaux, 30/08/2020

Consulter le PDF Consulter le PDF

Piscine hors-sol, en deux temps trois mouvements

Textes : Bénédicte Le Guérinel

Une envie de barboter dans son jardin ? La piscine hors-sol est idéale pour les baigneurs pressés, les petits budgets et les terrains difficiles d’accès. D’autant que, depuis les modèles gonflables de notre enfance, elle s’est considérablement améliorée et fait aujourd’hui la joie des petits… et des grands ! 

Avis d’expert par Arthur Choux – Responsable développement du groupe Piscinelle

Portrait d'Arthur Choux - Co-dirigeant de Piscinelle et expert piscine.“Avant d’investir dans une piscine hors-sol, il convient de se poser les bonnes questions. De quel budget dispose-t-on ? Quelles sont les contraintes d’implantation ? En fonction du terrain, faut-il envisager un système de renfort ? Si la piscine est destinée à être placée sur un toit-terrasse ou au-dessus d’une cave, le sol pourra-t-il supporter le poids de l’eau ? Combien de temps j’envisage de garder cette piscine ? S’il s’agit d’un projet durable, il est essentiel de couler une dalle béton. Il faut également penser au local technique (qui prend 1 à 2m² au sol), qui doit être bien abrité et proche de la piscine pour assurer une filtration efficace. Pour une piscine durable – commce celles que nous proposons chez Piscinelle – il faut aussi anticiper l’éclairage, le chauffage, les marches d’accès. Autant d’équipements qui augmentent le budget, mais qui sont importants pour obtenir une piscine vraiment agréable à vivre et qui, de plus, valorisera la propriété.”

 

Même si, pour les modèles les plus sophistiqués, il faut être bricoleur, la plupart des piscines hors-sol sont faciles à monter en un ou deux jours, voire quelques heures, même sur un terrain difficile d’accès. De plus, la piscine en kit apporte une solution ad hoc aux terrains pentus ou en restanques, sur lesquels la piscine s’adapte parfaitement. Une fois habillée de bois ou de pierre, elle se fond totalement dans l’environnement. Cependant, il s’agit de projets durables et non saisonnier : la piscine reste en place en permanence.

Gonflable ou en kit ?

Il existe deux catégories de piscines hors-sol : les modèles gonflables et en kit, chaque catégorie étant subdivisée en plusieurs sous-familles. Les piscines gonflables sont les plus économiques et les plus faciles à monter. La piscine gonflable classique nécessite un gonfleur. Après quelques minutes, elle peut être remplie et utilisée. Il en existe de nombreux modèles de différentes formes (rondes, ovales, rectangulaires...) et tailles. Mais il s’agit plutôt de piscines pour les enfants. Elles restent assez fragiles et il faut éviter de s’appuyer lourdement sur les bords ou de donners des coups dans la structure. En montant un peu en gamme, on trouve des piscine autoportée ou autostables. Pour les monter, on gonfle uniquement le boudin supérieur du bassin. Puis, en la remplissant d’eau, la piscine prend petit à petit sa forme et devient stable grâce à la pression de l’eau. Ce type de modèle requiert d’être installé sur une surface bien plane (sable ou dalle béton).

Contrairement aux modèles gonflables, les piscines en kit disposent d’une structure rigide. Leur prix reste abordable par rapport à une piscine enterrée ou semi-enterrée, et elles se révèlent plus solides et agréables que les modèles gonflables. Leur montage nécessite d’être un peu bricoleur. On distingue les piscines tubulaires des modulaires. La tubulaire, comme la piscine gonflable autoportée, est constituée d’une toile PVC. Ce qui la différencie, c’est son armature de tubes en acier soutenant le bassin et assurant la rigidité de la structure. Les piscines tubulaires sont souvent de forme ronde ou rectangulaire. Elles peuvent mesurer jusqu’à 10m de long.

La piscine dite modulaire ou rigide est, quant à elle, le haut de gamme du hors-sol. Elle est constituée de panneaux modulaires qui peuvent être en différents matériaux : acier, aluminium, résine, béton, bois ou composite, le bois étant le matériau le plus demandé. C’est l’assemblage de ces panneaux qui forme la structure du bassin, que l’on étanchéifie ensuite en posant un liner. Les piscines modulaires autorisent une grande variété de formes et de dimensions. Solides et durables, elles peuvent rester toute l’année au jardin, et il est même possible de les enterrer. Autre intérêt et non des moindres, elles peuvent être habillées d’un revêtement décoratif pour s’intégrer harminieusement dans le jardin. On peut, par exemple, leur adjoindre une plage ou une terrasse en bois, à laquelle on accès par un escalier. La piscine semble alors avoir été enterée.

Structure, forme, profondeur

Le choix d’une piscine hors-sol dépend de l’utilisation que l’on souhaite faire de son bassin, de l’âge des baigneurs ainsi que de leur nombre. Si on envisage une utilisation estivale et principalement par des enfants, une piscine souple, qu’elle soit gonflable ou autoportée, peut s’avérer suffisante pour passer de bons moments. Si on souhaite une piscine plus durable, il est préférable d’investir dans un modèle plus haut de gamme, en kit, et bénéficiant d’une garantie de plusieurs années.

Pour faire des longueurs, on privilégiera les modèles réctangulaires. Si la piscine est surtout un lieu d’amusement, un modèle rond ou octogonal conviendra. Bien sûr, la taille dépend du nombre d’utilisateurs. Elle doit être suffisante pour accueillir toute la famille. Quant à la profondeur – de 110 à 160 cm – , elle sera déterminée par l’âge des baigneurs. Les piscines hors-sol sont les plus abordables du marché, à partir de quelques dizaines d’euros pour un modèle gonflable et de 700 € pour des modèles rigides. Toutefois, si on choisit d’intégrer esthétiquement sa piscine rigide dans son jardin, l’aménagement paysager fait tout de suite grimper la facture.

On apprécie également les piscines hors-sol pour leur rapidité de montage du fait de l’absence de terrassement : quelques minutes suffisent pour les modèles gonflables, et un à trois jours en moyenne pour un modèle rigide. De l’idée à la réalisation, un week-end peut suffire pour se baigner dans son jardin ! Autre avantage : c’est la piscine des petits espaces peu accessibles. Enfin, elles sont peu encombrantes, puisque démontables. Dans les faits, on démonte surtout les piscines gonflables, tandis que les modèles rigides restent souvent en place toute l’année.

Mais il ne faut pas se leurrer, les piscines hors-sol sont globalement moins pérennes que les autres, à moins d’opter pour un modèle modulaire en béton ou en aluminium. Les piscines souples ne sont pas faites pour vous permettre de vous pencher sur les bords et il faut éviter de les heurter. Attention, donc, aux battements de pieds des enfants. A moins d’être en bois ou de bénéficier d’un habillage paysager, elles sont aussi moins esthétiques, en particulier les piscines gonflables ou tubulaires, qui peuvent vite faire “verrues” dans un beau jardin. Enfin, il faut deux bricoleurs pour monter sa piscine en kit. Sinon, il est conseiller de faire appel à un professionnel, ce qui augmentera le prix.

Emplacement et entretien

On n’installe pas une piscine hors-sol n’importe où. Tout d’abord, il est recommandé de choisir un endroit bien ensoleillé (de la chaleur gratuite pour chauffer l’eau), à l’abri du vent, plutôt éloigné des arbres pour éviter que l’eau ne se salisse avec les feuilles, et si possible à l’abri des regads. Le terrain qui va accueillir la piscine doit être bien plan, stable, et sans irrégularités afin de protéger la structure (surtout s’il s’agit d’une piscine gonflable) et d’éviter que le sol ne s’affaisse sous le poids. On commence donc par enlever cailloux et racines et par reboucher les trous, puis on aplanit le sol. Une piscine souple ne doit jamais être posée directement sur le terrain, mais sur une bâche de sol imputrescible ou un feutre de protection.

Les piscines en kit, quant à elles, doivent être installées sur une couche de sable ou, mieux encore, sur une dalle béton. L’eau doit être néttoyée quotidiennement à l’aide d’une épuisette pour enlever les impuretés qui flottent à la surface. On aspire aussi régulièrement le sable et la terre qui se déposent au fond du bassin à l’aide d’une brosse aspirante ou d’un aspirateur robot. On vérifie aussi régulèrelement le pH de l’eau pour le corriger si nécessaire par apports de chlore, d’ozone ou par électrolyse. La filtration est également très importante. Les piscines en kit sont généralement vendues avec une pompe de filtration. Sinon, il est conseillé d’acheter un filtre en magasin ou sur Internet. L’hiver si la piscine reste en place, on la recouvre d’une couverture d’hivernage. On la vidange tous les trois ans. S’il s’agit d’une piscine gonflable, pensez à la démonter après la saison estivale et à la remiser à l’abri du froid, le plastique ayant tendance à s’abîmer avec la baisse de la température.

Revue de presse

Dernière mise à jour le 01/09/2020

Partager cette page :
Mon conseiller Tarifs Rendez-vous en ligne

En ce moment

Imaginez votre Piscinelle