Fabricant de piscines éco-design... ...depuis 40 ans !

Les différents matériaux existants pour une piscine

COTE PISCINE, 15/10/2015

Consulter le PDF Consulter le PDF

LES DIFFERENTS MATERIAUX EXISTANTS POUR UNE PISCINE

 

Tout de bois et de verre ceinturée, cette piscine est chaleureuse et chauffée naturellement par le soleil. Le patio, qui permet un accès direct et protégé entre l’habitation et l’espace piscine, est très appréciable. Le bassin est ainsi à proximité direct tout en gardant une certaine intimité.

Bassin en structure aluminium de 8,50x 4,50m, modèle Cr8, équipé d’un bloc technique Bt60 avec système de nage à contre-courant et projecteur, volet immergé et lame d’eau Piscinelle.

 

PRECIEUSE déshumidification

 

Le principe d’un système de déshumidification est de réguler le taux d’hygrométrie de la pièce où se trouve le bassin pour avoir une atmosphère agréable que possible.

Dans le cas d’une piscine couverte, trois paramètres doivent être fixés : la température de l’air, celle de l’eau, l’hygrométrie souhaitée. Pour cette dernière, l’idéal de confort se situe entre 60 % et 70 %. En dessous, le baigneur ressent rapidement une sensation de froid lorsqu’il sort du bassin à cause de l’évaporation rapide de l’eau présente sur son corps. Au-dessus, le baigneur a plus rapidement sensation d’oppression et l’excès de condensation sur les parois peut leur être préjudiciable.

La température de l’eau se situe généralement entre 25 et 30 °C et l’on préconise un air à la même température (ou à un degré au-dessous). Le système de déshumidification est donc là pour maintenir cette hygrométrie idéale. Le calcul de sa puissance est donc primordial et prend en compte les volumes de la pièce et du bassin, les températures de l’eau et de l’air souhaitées, les équipements du bassin et la fréquentation.

 

Il existe trois grandes familles de déshumidificateurs.

 

Les consoles d’ambiance se posent au sol, à quelques mètres du bassin, et sont parfaites pour les petits volumes, les petits bassins, les piscines sous abri. Simple et économique, ce système combat cependant de façon moins efficace la condensation sur les surfaces vitrées.

Les appareils à encastrer s’installent, eux, en traversée du paroi et ne laissent voir, coté bassin, que les grilles de reprise et de soufflage d’air. Cela permet de traiter un plus grand volume tout en évitant les problèmes de bruit. Une option chauffage de l’air est possible.

Enfin, on trouve les centrales de déshumidification à la grande capacité de traitement. Elles se caractérisent surtout par le système de gainage qui court en périphérie du bassin et vient souffler l’air en bas des surfaces vitrées. Ce système combat efficacement le problème de condensation sur vitres. Le budget d’investissement et d’exploitation est plus conséquent aussi.

 

LES DIFFERENTS matériaux existants

 

La longévité de l’acier

Les structures en acier bénéficient d’une excellente résistance aux contraintes mécanique et physiques pouvant s’exercer sur un bassin. Combinée à la présence des jambes de force, la robustesse de l’acier lui permet de supporter les pressions dues aux mouvements de terrain.

La couche de finition (protection galvanisée éventuellement renforcée par une couche composite ou revêtement Galfan) protège les panneaux de la corrosion pour leur conférer une très bonne durabilité. Au même titre que les piscines traditionnelles, les fabricants n’hésitent pas à garantir leur structure 10 ans, et parfois 20 pour certains.

Manuportables, les panneaux aciers s’assemblent facilement par boulonnage pour constituer une structure stable, parfois autoportante.

 

La facilité du polymère et du polystyrène

 

Pouvant être réalisés à partir de matériaux recyclés, les modules polymère prennent place sur une ferraillage pour constituer une structure quasi autoportante une fois le béton coulé. Légers, résistants et insensibles à la corrosion, ils s’assemblent rapidement. Les systèmes de fixation assurent un maintien et un alignement parfaits de la structure tandis que les renforts internes garantissent la planéité des faces et la répartition homogène du béton.

Pour une finition impeccable, il existe des blocs prémontés avec une pièce à sceller (skimmer, projecteur, buse, de refoulement ou d’aspiration, etc.) et des pieds de réglage permettant d’ajuster parfaitement l’horizontalité des goulottes qui reçoit les margelles. A noter que certains procédés ont été développés pour permettre un revêtement carrelé.

Encore plus légers, les modules de coffrage en polystyrène doivent pour leur part recevoir un ferraillage vertical et horizontal continu. La mise en œuvre est donc moins physique, mais plus longue.

 

La solidité du béton

 

Les modules en béton permettent de réaliser une structure autoportante pouvant être enterrée, semi-enterrée ou bien laissée hors sol. Extrêmement résistants, ces éléments usinés ne nécessitent pas de jambes de forces. Le terrassement est donc réduit au minimum. Pour faciliter leur manipulation, les modules sont de petite taille afin de garder un poids raisonnable. Il est donc possible de réaliser un bassin dont les dimensions collent parfaitement avec vos attentes ou avec les contraintes du terrain.

 

La polyvalence du bois

 

Facilité et rapidité d’installation caractérisent ce procédé de construction. Une fois assemblés, les madriers bois composent une structure autoportante. Différentes implantations peuvent donc s’envisager : hors sol, semi-enterrée. Il est ainsi possible de s’adapter aux caractéristiques du terrains et de s’affranchir d’une partie des opérations des terrassement tout en bénéficiant d’une grande diversité de formes pour créer un environnement aux accents chaleureux et naturels.

Les kits Piscinelle reposent sur une ossature bois qui s’assemble facilement. Et parce que la construction d’une piscine ne s’improvise pas, l’Ecole Piscinelle est là pour vous apprendre toutes les étapes de mantage.

 

< Page précédente Page suivante >

Revue de presse

Partager cette page :
Mon conseiller Tarifs Rendez-vous en ligne